v/a

Erik Satie et les nouveaux jeunes version 2

Ref: arbou041 - CD (Box 3 Cds)

Prix: 18 € | Acheter

Réédition de l'hommage au compositeur, sorti en 2011 et aujourd'hui épuisé. Pour l'occasion réédition en coffret BOX avec un 3ème Cd et donc des inédits.

CD1 : Library Tapes, Kyle Hawkins, Minotaur shock, Max Richter, Chessie, Danny Norbury, Julia Kent, ww.lowman, Akamatsu, Part Timer, Rachel Grimes, That Summer, Monokle, Sylvain Chauveau, Fred Longberg-Holm, Steve Peters
CD2 : Rafael Anton Irisarri & Goldmund, Pan American, Moinho, Hauschka, 0, Beatrice Martini & Robert Lippok, Peter Broderick, Rachel Grimes, The Boats, Astrïd, Eluvium, Dustin O'Halloran, Nils Frahm, Mr Potier, Steve Roden, Inlandsis

+ CD3 : with Joan Cambon, Delphine Dora, Susan Matthews, Carlos Cipa, François-Eudes Chanfrault (film's compositor), Rich Batsford, AG, James Warden (of Directions in music with Bundy K. Brown & Doug Scharin), KO cat , Sylvain Viguier (of Silent Whale Becomes A° Dream)

Pourquoi Erik Satie ?
Erik Satie a «meublé» mon enfance (pour faire écho à sa «musique d’ameublement»). Je peux aisément dire qu’il a bercé mes tendres années, au même titre que Léo Ferré ou les Pink Floyd, pour faire un peu large (et un peu court). Je me souviens de cette cassette au boitier rouge, avec un portrait au trait du compositeur, peut-être un de ceux de Cocteau. Je ne sais plus précisément. Ce devait être vers mes 7, 8 ans, que j’ai découvert et écouté Erik Satie pour la première fois. Mon père n’y est pas pour rien. Et que dire, si ce n’est que la succession de ces gymnopédies et autres gnossiennes m’a totalement bouleversé, en profondeur. Cette musique ultime s’est inscrite dans ma mémoire sensorielle, pour ne plus s’en échapper... Je me souviens encore de ce temps où cette cassette se déroulait aux rythmes des silences et des mélodies lentes du compositeur, et où mes pieds se chauffaient aux rayons du soleil, sur les carreaux de terre cuite, de la maison de mon enfance. Satie le primitif et sa musique qui résonne en moi, comme pour mieux faire ressurgir ma période primitive à moi. Une période bénie dit-on... Bien des années plus tard, découvrant toujours plus son répertoire ainsi que le personnage, Satie m’est devenu familier. Sa musique m’est apparue universelle, inactuelle et donc moderne, avec toujours de l’avance. Ce n’est que jeune adulte, à force d’étendre mes réseaux que je me suis rendu compte, que bien des musiciens contemporains, partageaient la même vision, celle d’un musicien toujours aussi influent. Au hasard d’un vide-grenier, j’achetais un petit livre sur Satie, écrit par Ornella Volta. Et la petite histoire se mit en marche. Peu à peu, le projet Erik Satie et les nouveaux jeunes se dessina. D’abord l’idée d’un disque, avec des musiciens invités, pour illustrer toute la modernité de Satie et la notion d’inactualité. Un va et vient avec le passé et le présent... Tout ça, renforcé par une correspondance avec Ornella Volta, présidente des archives Erik Satie, une rencontre avec elle et des discussions avec de nombreux artistes. En 2011, Erik Satie et les nouveaux jeunes finit par sortir, un double album, réunissant des artistes des quatre coins du monde. Chacun rendant hommage à Satie à sa façon : création, réinterprétation, remixs... Le disque sera épuisé rapidement. Dans le même temps, j’entrepris de mettre sur pied, sur Rodez, différents évènements autour du compositeur. Entre 2010 et 2011, des concerts, des expositions, des conférences, des diffusions se succédèrent dans une relative discrétion... Aujourd’hui vous avez entre les mains une réédition du disque en coffret, agrémentée d’inédits. Je vous souhaite une très bonne écoute. Cyril Caucat